Tour Auto

Le « Tour de France Automobile », sous l’égide de l’Automobile Club de France, voit le jour en 1899…

… reprise ensuite en 1906, l’épreuve est alors, si l’on prend en considération les performances des voitures de l’époque, une véritable aventure de 3 000 à 4 000 kilomètres. Elle connaît diverses interruptions, principalement dues la guerre.
La première édition de l’après-guerre a lieu en 1951.

Le « Tour de France Automobile » prend, quelques années plus tard, une autre dimension avec l’engagement de marques prestigieuses conduites par des pilotes de renom.

Disparue de nouveau en 1965, l’épreuve revient en 1969…

…sous l’impulsion de Bernard Consten, qui en fut quintuple vainqueur. Cette nouvelle ère, où l’appellation « Tour Auto » voit le jour, s’annonce attrayante avec, entre autres, l’homologation des prototypes Matra 650, Ford GT40 et Ferrari 512.

Dix années plus tard, les contraintes économiques liées à la crise du pétrole affaiblissent l’épreuve. En 1986, faute de sponsors et de … participants, la 50ème édition du « Tour de France » Automobile est la dernière. Tout du moins en ce qui concerne sa version de l’époque.

En 1992, c’est la « cure de jouvence », Patrick Peter, avec l’appui de quelques inconditionnels du sport automobile, fait renaître le « Tour Auto » de ses cendres sous la forme d’une course historique. Trois années suffisent pour asseoir l’épreuve qui devient l’un des événements majeurs auquel tout amateur de compétition historique qui se respecte se doit de participer. Plus de 200 voitures arrivent des quatre coins du globe pour parcourir chaque année un itinéraire inédit.

2008 s’annonce comme une édition particulièrement somptueuse

Après un départ depuis le Grand Palais, lieu hautement symbolique car berceau des premiers salon automobiles à Paris, direction le Sud. Hommage à la Formule 1 tout d’abord par le choix des circuits : Dijon-Prenois, Magny-Cours, Charade et Circuit de Castellet donneront l’occasion aux participants d’en découdre sur des tracés magnifiques. L’arrivée à Marseille, au parc Borely, consacrera un nouveau vainqueur… D’ici là, les Lotus Elan de H. Hugenholtz et JP Lajournade, les 2 premiers en 2007 auront eu à coeur de prouver une nouvelle fois que le « light is right » pour gagner !

En 2014 le prestigieux tour auto fait une escale par le circuit de l’Anneau du Rhin en Alsace.